ADIC, une histoire de rencontres | ADIC Les Ateliers
16143
post-template-default,single,single-post,postid-16143,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.9,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

23 Mar ADIC, une histoire de rencontres

Picard d’origine, 47 ans, marié et père de deux enfants, deux garçons de 9 et 13 ans, Olivier FOUILLOY vient de reprendre il y a tout juste quelques mois, la société ADIC, implantée à Juillac le Coq, une société spé cialisée dans la conception et la fabrication de packagings de luxe pour les petites et moyennes séries.

Petit-fils d’un cheminot résistant, fils d’un linotypiste, Olivier FOUILLOY, après ses classes préparatoire, fit ses études d’ingénieur à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et métiers (ENSAM) dont il fut diplômé en 1990. Devenu « Gadz’Art », son problème fut de choisir sa voie, hésitant d’une part entre les métiers de l’industrie et de l’autre avec ceux du tertiaire. Non par manque de motivation mais bien parce que tout l’intéressait…

Au final, c’est le tertiaire et le métier d’acheteur qui prendront momentané ment le dessus. Mais, très vite, forte ment attiré par le développement de nouveaux produits, il va se ré-orienter vers l’industrie.

Pendant 10 ans, il va ainsi travailler pour I’OREAL essentiellement en tant que responsable du développement des nouveaux packagings de luxe (15 à 20 marques au total à son actif, dont LANCOME, LANVIN, GUY LAROCHE, PALOMA PICASSO, CACHAREL …).

Puis à 33 ans, après 4 différents postes chez L’Oréal, contre toute attente, il choisit de quitter cette multinationale pour rejoindre, en tant que Directeur Technique, une start-up spécialisée dans la conception et la fabrication de papiers de création destinés à l’industrie du luxe, Il va rester 2 ans dans cette TPE, avant d’intégrer le groupe GUCCI – et sa division Yves St Laurent Beauté — en tant que responsable de la veille techno logique et innovation du Groupe et res ponsable du développement packaging, pour les parfums Yves Saint Laurent, VAN CLEEF & ARPELS, BOUCHERON, ALEXANDER MAC QUEEN, STELLA MAC CARTNEY … Il retournera en suite sur les bancs d’HEC pour y passer un MBA, et prendre simultanément la direction d’un site de conditionnement de produits cosmétiques de 450 per sonnes en Normandie.

Il va y rester jusqu’en 2008. Estimant qu’après avoir exercé des responsabilités au sein des divisions achat, packaging et conditionnement des produits de beauté, il était temps pour lui de s’inté resser à la production proprement dite des packagings, il rejoint alors le groupe AUTAJON (Leader européen de la production de Packagings de luxe en grandes séries). Il y prend la Direction Générale de la toute nouvelle filiale du BENELUX.

Olivier FOUILLOY est convaincu depuis toujours que le carburant du succès des entreprises, ce sont les hommes, II se lance donc en 2009 dans une formation approfondie de 18 mois pour mieux comprendre les ressorts du manage ment et de l’accompagnement dans le changement des équipes et des organi sations. Cette expérience extrêmement intense au sein de I’Ecole Transformance contribue à lui faire prendre également conscience qu’il lui fallait « reprendre sa liberté et son destin en main » pour se lancer enfin dans l’aventure tant désirée de l’entreprenariat. C’était un des pans d’un vaste projet personnel, profession nel et familial, beaucoup plus global.

8 déménagements en 15 ans, il fallait aussi dit-il mettre un terme au nomadisme. L’aventure de I’entreprenariat, il l’avait déjà tentée en 2007 dans le sec teur de l’énergie et du Développement Durable (le sujet de sa thèse HEC). Même si ce fut une tentative avortée, Olivier FOUILLOY estime que cela a jeté les bases de son futur projet et se considère comme un « récidiviste » de l’entreprenariat.

L’aventure aura ainsi duré 18 mois avant d’aboutir à la reprise d’ADIC. 8 mois pour trouver la perle rare, une première visite en mai 2013 pour une signature en avril 2014, avec un Business Plan ambi tieux, et une succession de chances

  • Celle d’avoir essuyé un premier re fus avant ADIC
  • Celle d’avoir un jour été géographi quement tout près de Juillac le Coq pour saisir l’opportunité de visiter ADIC

L’histoire de la reprise d’ADIC, c’est aussi pour Olivier FOUILLOY des rencontres :

  • avec un homme, Claude RECOQUILLON, le cédant, avec qui il partage beaucoup de valeurs et pour qui il éprouve une véritable amitié,
  • avec une entreprise qui recèle un savoir-faire et des compétences extraordinaires et un outil parfaitement adapté au marché de la petite et moyenne série de luxe
  • avec des partenaires solides et de confiance

Il salue ainsi les qualités d’accueil et d’écoute qu’il a rencontrées auprès de tous ceux qui ont eu à connaître son projet, Union Patronale, Charente Développement, Réseau Entreprendre, Charente-Initiatives, CRA, Tribunal de Commerce et enfin les organismes financiers CREDIT AGRICOLE, BANQUE POPULAIRE, SOFINDI, NESTADIO CAPITAL.

Contrairement à certaines idées re çues, Olivier FOUILLOY estime qu’il existe en Charente un véritable « éco système » de soutien très dynamique et très dense, pour qui sait l’activer, et qui fut déterminant dans la réussite de son projet. Ce « maillage », il ne l’a pas forcément rencontré dans d’autres ré gions lorsqu’il y recherchait « la» cible à reprendre.

Amoureux de la nature et du dépas sement de soi, Olivier FOUILLOY pratique des sports de plein air et de performance : running, voile, VTT… Les valeurs du sport que sont l’effort, l’engagement, le goût de la victoire, l’amélioration continue, sont en parfaite symbiose avec son appétence pour tout ce qui tourne autour de la performance collective et de l’humain.

Entreprises Charente n 145 -Juin 2014

 

Voir l’article